pour passer le temps…

Archives de la catégorie ‘Internet et ses dangers’

Comment ça marche, la santé ?

Aujourd’hui, je trolle la section santé de Commentçamarche.net ; car autant ils sont bons quand il s’agit du high-tech, autant là…

Tout a commencé avec le joli petit encadré à droite, bien ROSE, qui nous montre une charmante barbie-dolly atteinte d’un dérivé du syndrôme de la bouche ouverte.
La santé des femmes : stress, maigrir, choléstérol, fitness, esthétique, ostéoporoseD’ailleurs, je me demande comment, architecturalement parlant, elle fait pour tenir debout. J’ai déjà essayé, sur World of Goo, de construire des trucs comme ça ; hé ben ça a pas marché :-‘(

Bon, il faut admettre, les intitulés changent tout le temps ; mais si, parfois, on comprend bien en quoi il est question de la santé des femmes (ménopause, cancer du sein – encore que…-, cancer du col de l’utérus,…), d’autre fois, c’est très très très très très…..Mystérieux……..
Je parle bien sûr des liens vers « régime« , « choléstérol« , « esthétique« , « stress« , « migraine« , « varices« , « contraception« , « fitness » (où on apprendra qu’un grand centre d’intérêt des femmes, c’est d’avoir un beau cul)…

Mesdames (puisque visiblement, la santé du « bien dans sa peau bobo » n’intéresse que les dames), cliquons sur la section « Dossier>Régime ». Et avant que la page n’ait fini de s’ouvrir, formulons notre objectif clairement : vérifier combien un site qui se veut sérieux peut caler de conneries dans une page web.
Challenge Accepted
La page Régime
La page Régime Végétarien

La page Régime

WTF ? J’ai cliqué sur « régime », et ça me redirige sur…http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/MAIGRIR/…MAIGRIR ????!!!

Bwwwwaaaaaaarrrrrf-arf-arf-arf !!!!!!
Et le titre de la page, c’est « Minceur » !!!!?
C’est même pas la première ligne !…Et déjà : l’adresse, le nom de la page contiennent une définition du terme « régime » qui est non seulement fausse, mais également nocive en soi pour la santé publique et l’amélioration durable des comportements alimentaires des français !

Ainsi donc, Régime Alimentaire = Maigrir.
Seriously ?

Bon, allez, ne nous attardons pas plus là-dessus…On présuppose vaguement qu’on s’adresse à des français en surpoids
LOL

Et en fait…ben il semble que maigrir soit un impératif catégorique
« Il est indispensable d’accepter sans trop culpabiliser les rechutes qui peuvent survenir après un régime, comme par exemple la prise de quelques kilos en apprenant comment les reperdre et récupérer son poids. »
Oui, on vient de nous expliquer qu’un « régime » effficace, c’était un changement d’habitudes alimentaires ; mais une rechute n’est pas un retour à la junk food, non : c’est des KILOS…D’ailleurs, c’est marrant, « retrouver son poids », ça veut dire rejeter une partie de son corps, la « brûler » en fait…
Inutile de préciser que se peser, c’est un rituel nécessaire. C’est pas comme si la balance, c’était prendre le problème à l’envers. C’est pas comme si la balance, ça servait à rien.

Dès cette première page, manger est présenté à la fois comme un plaisir nouveau (se concentrer dessus, se donner de nouveaux cadres, (re)découvrir des aliments) et comme une privation, une limitation, une contrainte, au sein de laquelle on doit garder le « droit », la « possibilité » de faire de « petits écarts » pour éviter la « frustration« , parce que quand même, manger, c’est un plaisir en fait.
En gros, le régime, vous devez vous dire à vous-même que c’est sympa, même si ça vous fait souffrir.
OK

Pas de complexes !

***
Comme j’ai la flemme de tout lire, je vous fais juste partager un petit WTF d’or :
Se bourrer de viande et de fromage avec Atkins, c’est pas seulement cool, c’est carrément un avantage !
NO.

La page Régime Végétarien

Calé entre le forking et le régime hypocalorique, le régime végétarien est rapidement défini comme un régime qui « exclut toutes les protéines animales de l’alimentation ».
Pfffffffffftttttchhhhhhh..
Bwwwwhaaaaaaaaaaarrrrrff-arff-afrf-arff-arff !!!!!!
Aaaaah, je ne m’en lasse pas ! 😀
Le régime végétaRien, pour ceux qui auraient lu en diagonale, exclut toutes les protéines animales de l’alimentation.
XDDDD
« Toutes ? Non ! Car un petit groupe d’aliments résiste toujours et encore à l’extrémisme, cerné des hordes féminines de végétaliennes, d’antispécistes, de véganes, et d’anorexiques… »
Le pire, c’est que l’auteur mentionne lui-même, plus bas, que les végétariens mangent des œufs et du lait.
Normalement, commentçamarche est un site qui traite d’informatique, domaine où domine quand même une certaine forme de logique. Apparemment, ceux qui ont eu envie de commencer la section « santé » n’ont pas eu la même formation. En fait, je ne sais pas s’ils ont eu une formation.

En effet, quand on me dit

  • que les œufs et le lait, aliments souvent périphériques du régime, suffisent à fournir le fer nécessaire,
  • qu’il faut « surveiller les quantités de protéines » (comme si le viandard était avantagé de ce point de vue-là),
  • que tous les végétariens encourrent des risques de carence en B12 (comme si la supplémentation n’existait pas)
  • qu’on fait diminuer des risques cardio-vasculaires (et pas ceux de cancer), tout en assurant gaiement que le diabète « baisse » comme du mauvais choléstérol…

moi, je n’ai qu’une seule réaction :

Nicolas Cage : YOU DON'T SAY ?

Je pense que je ne trouverais pas de pires inexactitudes, même si je le voulais. Mais il faut que tu les inventes. Il le faut, ou ils sauront la Vérité ; tu comprends bien ?!

Alors ici, nous échappons aux usuelles catégories des « aliments interdits/aliments permis ». Bien. Ce n’est pas pour autant qu’on cesse de considérer le régime comme un ensemble d‘interdits, de contraintes qui l’individu s’impose à lui-même comme un dogme religieux. C’est ce que sous-entend, à mon sens, la phrase « Certaines personnes végétariennes s’autorisent à manger de la… »
« …s’autorisent à manger de la… »
« …manger de la…»
Mother of God - You...What did you do ? - Fffffffffffffffffffuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu

Les flux RSS

Vous est-il déjà arrivé de passer plusieurs fois par jour sur certains blogs, en vous demandant nerveusement si un nouveau billet avait été publié ? Moi, en temps de désœuvrement, oui. F5 était devenue une de mes touches fétiches, je la caressais plusieurs fois par jour, contemplant anxieusement l’écran, redoutant la punition des dieux.
Perte de temps, perte de bande passante, gaspillage, tout ce que vous voudrez.

Il existe un moyen plus simple d’avoir des nouvelles, sans jamais oublier un blog : le flux RSS.
Les flux RSS, c’est une technologie qui va appuyer sur F5, sur plein de sites, à votre place, et de façon moins pénible pour le serveur.

Je sais par les stats que mes (milliers de) visiteurs utilisent quelquefois ce genre de technologie. Mais si vous connaissez pas, sachez que c’est vital. Ou, disons, vachement pratique.

Plan de l’article :

Qu’est-ce que cette technologie ?

(Partie d’explications techniques – vulgarisation des principes généraux, je peux d’ailleurs pas faire mieux ^^ »
Cette partie est là dans un but purement indicatif, si ça vous barbe vous pouvez sauter)

En général, quand vous surfez sur le net, votre navigateur (IE, Firefox, Chrome, Opera…) demande au serveur sur lequel est hébergé le site de lui envoyer une page HTML (ce que vous avez sous les yeux). Cette page HTML, le serveur vous la fabrique sur mesure à partir du site, et il vous l’envoie.
Hé oui. Si vous avez Firefox ou Internet Explorer, la page que vous recevrez sera peut-être créée différemment. Pareil pour les plug-ins. Ou les préférences perso (par exemple, sur ffworld.com, en bas du menu de gauche, je peux « changer de skin »…le serveur le retiendra, et il me fabriquera des pages web ffworld bleues)

Dans le cadre de la technologie des flux RSS, la grande majorité des sites s’est, de plus en plus, mise à fabriquer des fichiers spéciaux, codés non pas en HTML, mais en XML. Ces fichiers peuvent être compris par des programmes.
Ok, mais mon navigateur, c’est un programme, et il comprend les pages HTML…
Non. Il est capable de les lire, c’est-à-dire de vous les afficher. Mais les pages HTML, c’est un peu un bordel : elles sont fabriquées différemment d’un site à l’autres, les articles sont pas toujours organisés d’une façon similaire (bien que ça se ressemble dans le navigateur, la recette n’est pas la même), et y’aura toujours des choses imprévues qui arriveront.
Les fichiers RSS sont non seulement codés en XML, ils sont aussi standardisés. C’est-à-dire que le code ne s’embarasse pas de frioritures : il dit : « Ça, c’est le titre, ça, c’est la date, ça, c’est l’auteur, ça, c’est un bout de conteu, et ça, c’est le lien. » Du coup, un programme qui travaille avec ce fichier est capable d’identifier le titre, et de conclure : « Si je vais là, je trouve le titre, et je dois en faire ça. »

Si vous voulez, la différence, c’est que votre navigateur, tout ce qu’il sait, c’est : « Je dois sauter deux lignes et afficher le texte en gras souligné, taille 19. » Il serait bien en peine de dire qu’il affiche le titre de ce qu’il y a en-dessous. C’est intuitif pour un humain, très compliqué et jamais certain pour un ordinateur.

Bon, le site fabrique des fichiers XML pour des programmes, et alors ?
Et alors, ça veut dire que les programmes seront capables de comprendre s’il y a un nouvel article/un nouveau commentaire/une nouvelle actualité/un nouveau mail sur le site ! Et de vous en informer !
Or, qui dit programme dit automatique, rapide et Massif.
Ces programmes-là, on les appelle des agrégateurs (ou RSS readers), parce qu’ils réunissent les flux RSS émis par les sites en un seul flux pour l’utilisateur (ils agrègent, quoi). En gros, ils vont consulter les fichiers XML à intervalles réguliers (comme vous consultez les pages HTML en appuyant sur F5), ou quand vous le leur demandez. Et comme ils comprennent ce qu’ils reçoivent, ils pourront, s’ils trouvent du nouveau, vous en informer, télécharger le titre, le lien, et tout ou une partie du contenu.

Il existe deux types d’agrégateurs :

  • les agrégateurs en ligne : ce sont des WebApp. Autrement dit : ça se passe pas sur votre ordi. L’agrégateur est sur le net, et les options de configuration sont sur le net. Il vous suffit alors de visiter le site qui vous fournit ce service d’agrégation pour voir s’il y a du nouveau (et pas besoin de faire F5)
  • les agrégateurs en local : par opposition à ce qui se passe en ligne, le local, c’est ce qui se passe sur votre ordi. L’agrégateur est un programme qui roule sur votre ordi ; ses fichiers sont sur votre ordi.

Par principe, moi, je suis contre les WebApp, car c’est confier le fonctionnement de ses programmes et ses données personnelles à un tiers sur lequel on n’a aucun droit de regard. D’autant que, contrairement à un programme, un service n’est jamais gratuit.
Après, le choix d’un agrégateur est tellement large que dresser un tableau comparatif serait un véritable casse-tête.

Il y a cent mille détails techniques qui semble agiter le monde du RSS (par exemple, de façon simple : c’est quoi Atom ?) ; mais je n’ai pas cherché, car la magie du RSS, c’est qu’on n’a pas à savoir comment c’est fait pour l’utiliser : le RSS est pensé comme un outil simple et intuitif.

À quoi ressemble le RSS ?

Avant de vous montrer comment faire, j’aimerais vous montrer une capture d’écran du logiciel qui récupère les flux RSS des sites que j’aime bien (moi, c’est Thunderbird) :

Mes flux RSS sur Thunderbird

Bon ben, des menus, du rangement...ça ressemble à une boîte mail ! Cliquez pour agrandir...

Hé oui, je m’en sers aussi pour mes mails (d’où le rectangle noir).
Donc vous voyez : un article paru, c’est comme un message non lu. Les flux RSS s’organisent en sous-dossiers. Il y a un lien pour aller lire l’article.
Ah oui, important, ça. Lire l’article sur le site. Parce que bon, si le bloggueur voit son nombre de visiteurs tomber en flèche, il sera tout triste et déprimé, et ses articles seront tristes et déprimants.
Et j’ai même des chaînes youtube ^^

En gros, c’est une super-newsletter de tout, qui pollue pas ma boïte mail, qui trie comme je veux, et dont je me désinscris en deux clics.

Trouver le flux

Lao Tseu disait que pour trouver le flux, il fallait être le flux. Alors sois, comme Lao Tseu, Internet. Pense Internet. Feel Internet…
Sens-tu le Net couler dans tes veines ? L’immensité de toute cette vie, de ce courant immense d’informations, cette douce respiration divine ? Bien, jeune disciple…si tu ES l’Internet, alors tu peux commencer à partir en quête des flux.

Comme je l’ai dit, la quasi-totalité des sites offrent des flux. Il faut juste chercher le petit symbole associé au concept du RSS. Tenez, par exemple, chez IV :

Le flux RSS d'IV, il est LÀ !

C'est tout en bas...

Voilà. Et firefox a la gentillesse de me dire en bas à gauche où je vais mettre les pieds.
En fait, pour ceux qui ont tout suivi, je vais aller sur une version HTML du fichier XML (waaaahhhawww x_x). Essayez sur plusieurs sites : vous verrez que la disposition du contenu est vraiment standardisée.
En général, vous pouvez chercher les mots « RSS » ou « Atom » sur la page (ctrl+F dans le navigateur pour l’outil de recherche), ou le petit icône…
Ben tenez, j’ai la flemme de vous trouver une image, alors allez là, du RSS y’en a plein.

Enfin, si vous ne trouvez rien, cherchez sur le net en fonction de l’hébergeur, essayez les variantes de ce que vous avez déjà trouvé. Oui, je sais, c’est désespéré, mais ça peut marcher.
Par exemple, pour levegetarismematuer.tumblr, j’ai rajouté un /rss, et c’était dans le sac !
Ou encore, pour les chaînes YouTube, une solution que j’ai pas sortie de mon chapeau. Le flux des dernières vidéos, c’est donc : http://gdata.youtube.com/feeds/api/users/UTILISATEUR/uploads?orderby=updated (où vous remplacez « UTILISATEUR » par le pseudo de la chaîne YouTube)

S’abonner au flux

S’abonner ?
Waaahaaaw 0____0
Et même que c’est gratuit.
Faut dire, ce terme me fait toujours un peu peur. J’ai l’impression de m’engager à quelque chose. Donc, j’ai jamais essayé de cliquer sur le bouton « abonnement » (waaaaaaaahaaaaw 0__0) de YouTube.
Je préfère récupérer un flux. C’est moins terrifiant, et c’est plus facile.

Bon, pour s’abonner à un flux, il faut avoir un agrégateur. L’agrégationneur (j’en ai déjà parlé), c’est le programme qui, quand il saura où chercher, ira surveiller les flux à votre place, et vous en informera fidèlement. Pour le choix de l’agrégationnisateur, je vous laisse consulter la page Wikipédia, qui les liste tous, du plus abscons au plus connu.
La plupart des agrégationnalisateurs sont très intuitifs : normal, la technologie RSS a été pensée pour simplifier la vie des utilisateurs, ce serait un comble qu’on s’y perde. Tout ce qu’il y a à faire, c’est copier-coller le lien : l’agrégationnalisationeur va créer un dossier dans lequel le flux va créer les derniers articles apparus.
On peut ensuite marquer les articles lus/non-lus, renommer les dossiers, les organiser en arborescence, les détruire (= se désabonner)…bref, simple comme bonjour.

J’ai jeté un coup d’œil à Google Reader, c’est très facile et très bien fait. Mais quand je me suis rendu compte du nombre d’agrégationnalisationiseur (ils auraient quand même pu choisir un nom moins compliqué…) j’ai laissé tomber l’affaire.
Enfin, mon agréga programme à moi, c’est Thunderbird, qui est difficile à configurer, abscons, pas très pratique (sauf quand on a l’habitude), mais qui a l’avantage de ne pas dire à une entreprise tout ce que je fais et ce qui m’intéresse. En plus, il retient les mots de passe de mes boîtes mails.
Je ne détaillerai pas l’installation et la configuration de Thunderbird ici parce que c’est long, compliqué, peut-être pas pareil sous Windows (pour vous) que sous Linux (pour moi). Mais si vous avez le courage de vous frotter quelques heures à l’interface à l’aide de ce guide, croyez-moi, vous en retirerez beaucoup de plaisir !

Bon, pour ceux qui connaissez pas, prenez un peu le temps de vous y frotter, et donc, bon fun avec les flux.
Je partagerai en lien les sites que je suis d’ici peu (jusqu’ici, j’ai pas pris le temps de le faire :P)

Lien

WTF ? Boing !

Avertissement préliminaire : si vous ne comprenez pas une phrase de l’analyse ci-dessous, contentez-vous de la remplacer par « Boing boing ! »
Note : cliquez d’abord sur le lien.

Les récentes avancées de la philosophie post-moderniste ne cesseront de m’étonner. Notre monde, construit, déconstruit, reconstruit, lu et pensé, est par bien des égards similaire à un château de carte qui grandit sur le néant de notre Moi profond. Telle est la réalité récemment mise en lumière par l’œuvre fantastique de François Byzantin : Boing Boing !
Le boing est un mouvement, une pure dynamique, qui se déroule au-delà des mots, des idées des buts. Le monde extérieur et l’esprit participent tous deux de cette splendide boucle de la répétition. Voilà ce qui conduit nos sens, nos corps, notre mouvement : non point la seule pensée, come on pourrait d’abord le croire (laquelle pensée, sage et modérée, sur le point de grandir, pointe son regard dans une direction figée, détournée du monde qui fonce vers elle), mais l’alternance du regard, qui va du sujet à l’objet, de l’objet au sujet, et qui en s’avançant, pied gauche après pied droit, revient continuellement à son immobilisme premier.
Il est d’ailleurs étrange que cet immobilisme soit ici incarné par le corps. Mais il ne faut pas oublier que le corps n’est pas, comme le défendent les conceptions scientifiques, un lien entre l’esprit et le monde, vaisseau des sens et des nutriments : aux yeux de l’individu, le corps est un appendice de l’esprit, un appendice inconnu, dérisoire, sans importance, qui se situe dans un vide : ni objet du monde, ni constituant de mon identité, le corps est passif dans la marche de l’être.
Cette marche, cette répétition, d’ailleurs, que nous donne à voir l’inlassable rebondissement de l’objet et de l’esprit, comment l’interpréter ? Elle qui se trouve tant dans la rondeur de la tête ou du corps que dans celle de la balle, n’est-elle pas un rappel des éternelles lois de la physique ? Ici pointent les angoisses métaphysiques que nous a laissées en héritage la modernité déicide : l’Éternel, divisé entre le Je, le Moi et le Monde, n’est ni l’être, ni le regard, ni la création : il est dans les interactions constantes et inlassablement reprises entre les trois éléments de cette trinité. Nous touchons ici, dans un sens hugolien, au sublime.
Mais le boing boing brille également par son profond engagement. Quoique plus triviale, cette dimension n’en est pas moins le cœur de la richesse de cette œuvre. Tout dans ce travail, à commencer par le titre, révèle qu’il est question ici de dualité. Deux boings, celui qui vient et celui qui part, celui de la tête et celui de la chose – deux choses, deux instances qui se succèdent sur ce corps – le début, à gauche, et la disparition, à droite. Au-delà du cycle, Boing boing révèle la lutte. Une lutte qui n’a pas de nom : est-ce la femme, ici représentée par une fille, qui lutte contre la domination masculine (sous forme de balle de football) ; le consommateur qui résiste à la matière commerciale ; l’éveil qui fait face au sommeil ? Le système peut s’appliquer à toutes mes formes de domination ; boing boing est dans tout les cas l’apologie du mécanisme révolutionnaire. Un mécanisme vain, sans résultat, une vision désillusionnée, désanchantée, presque désespérée, du monde et de la mort. Mais un mouvement, une force qui vit.
D’ailleurs, que ce soit la chose ou la tête qui mène, toutes deux alternent également, toutes deux obéissent à la même loi : ce n’est pas tant la domination ou la lutte incessante que l’équilibre du monde que dépeint Boing Boing. Le yin et le yang, parfaitement interchangeables, se pénètrent mutuellement de leurs rôles, et le monde, compris non plus comme représentation païenne, mais comme volonté individuelle, rebondit continuellement sur lui-même.
Ergo boing.

Notez qu’il existe également une version longue.

État

Fuuuuuuck >.<

J’aime pas google parce que google est mon ami.

Google sait tout de vous.

  • Ce que vous aimez
  • Ce que vous achetez
  • Les sites que vous visitez
  • Les films que vous regardez
  • Votre âge
  • Le contenu de vos mails
  • Le contenu de vos documents sous Android
  • Sur quel site vous allez quand vous venez de tel autre
  • Vos convictions politiques et religieuses
  • Tout autant de vos amis
  • Votre emploi
  • Votre rythme de vie
  • Votre 06

Mais ça va pas les gens ? Vous laisseriez les auteurs du bottin rentrer chez vous, regarder le contenu de vos armoires et de votre frigo ? Et le facteur, s’il vous apporte votre courrier ouvert, en vous déclarant la bouche en cœur que lui aussi il votera Le Pen ?

Résultat : j’ai installé Ghostery, AdBlockPlus (avec grand plaisir), WOT, comme le recommande sebsauvage ; j’utilise DuckDuckGo, mon ordinateur n’a plus d’historique, plus de suggestions de recherche. CLEAN.
**********

Suite à un article de Korben, j’ai testé une autre façon que de gros sites web avaient de me pister pour me reconnaître. L’empreinte digitale de mon firefox.

Késako ? 0-0
Hébé oui : quand vous surfez, votre machine laisse des empreintes sur tout ce qu’elle touche ; suffit qu’un site demande, il voit ses empreintes digitales. Non, pas l’adresse IP – elle change si vous vous déplacez. Internet voit votre logiciel. Et il en a besoin. Quand vous regardez une vidéo sur Dailymotion, vous utilisez un plug-in ; quand une page d’accueil veut jouer un mp3 cul-cul, il faut qu’elle sache à quel logiciel elle va devoir parler. En fait, votre configuration est plus ou moins unique, en fonction de votre OS, des mises à jour que vous avez faites/dont vous avez eu besoin, de vos préférences utilisateur, de vos cookies…

L’empreinte digitale de mon firefox était ABSOLUMENT UNIQUE sur plus de 9 million ! O_O

FUCKING FUUUUUUUUCK !!!  >.<

J’ai pu rectifier le tir en désactivant les cookies tiers (Firefox 9.0.1 Édition > Préférences > Vie Privée > Règles de conservation : utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique) et en faisant jouer les mises à jour, mais…j’en reste quand même à « only one in 975,494 browsers have the same fingerprint as yours. »
Seulement un par million . Ouf, on est sauvés ^^ »

Trop de prudence tue la prudence ?
Peut-être pas. D’après leurs stats, 83,6% des navigateurs ont une empreinte unique. On peut donc facilement les tracer.

SCANDALEUX :-(

Je n’écris pas cet article pour faire du neuf, simplement pour relayer l’information. C’est SCANDALEUX ! Mais dans quel monde vivons-nous, je vous jure ! Regardez un peu l’époque !

-Des sites internet sont censurés par un seul pays.

-Obama a signé le Defense Authorization Bill.

-La loi SOPA est sur le point d’être votée.

-Et maintenant, les dirigeants de MegaUpload sont arrêtés, et le site fermé sans préavis.

Peut-être que 2012 est bien la fin du monde, après tout ?

Blogeurs, blogeuses, de tous rangs, sur tous sujets (surtout si votre blog n’a rien à voir avec l’informatique), n’hésitez pas : faites un petit article, un petit dessin, avec des liens et des avis. Ce qui se passe en ce moment est vraiment grave. C’est la lutte entre le peuple et les gouvernements dans le cyberspace, pour le droit à l’information.
RÉAGISSEZ !

******

Opinions, analyses et liens : partie de l’article en construction. Le plus urgent, c’est d’informer.

Tronche de bouc

J’aime pas facebook. Jamais accroché. Toujours désapprouvé.

Franchement, quelqu’un peut me dire quel est l’intérêt de ces soi-disant « Réseaux Sociaux » ? Un meilleur dialogue ? Une façon plus conviviale de partager des photos de vacances ?

Tu parles !

Rien à branler, moi, des « Applications » à deux balles, des 7000 « amis » qui me spamment mon interface, des nouvelles nécrosées qui circulent moyen, ou de cette putain de messagerie qu’on peut pas désactiver !

  • Tu regardes des photos d’une soirée, où quelqu’un a cru bon de te montrer bourré en train de tripoter une paire de nibards (j’espère que maman est fière de son grand fiston ^^) ?
  • Ton patron t’interpelle sans te demander comment tu vas pour savoir où en est le projet ; en même temps, un kikoolol quelconque que tu songes à virer (mais t’as jamais le temps quand t’y penses) te bombarde de liens vers des sites de cul.
  • Un gars dont tu te souviens même pas te raconte sa vie par mails.
  • On te poke, on te buzz, on te buggue, on te dépoke, et tu sais toujours pas ce que ça veut dire !
  • On te demande si tu aimes Age of Empire III. Devenir fan.
  • Le quizz « Kel personnage de Harry Potter êtes-vous ? » a besoin d’accéder à ton profil pour y prélever des informations (vas savoir lesquelles).
  • Poke.
  • Stéphanie et Raymond ne sont plus ensemble (tiens, ils ont enfin pensé à mettre à jour leur facebook ? Depuis le temps !)
  • Stéphanie t’a lancé une boule de neige. Renvoyer une boule de neige à Stéphanie ?
  • Amir est fan de « Apelé son fils Luke pr pvr lui dire un jour : Luke, je sui ton père !!! » Devenir fan.
  • Julie Tusaispasquoi a posté une vidéo !
  • Bertrand : « Beh alors, t’es pas venu ? » / Moi : « Nn à koi ? » / Bertrand : « Béh à l’anniv d’amir ! ^^ » / Moi : « GT pas o couran. » / Bertrand : « Si, tt inviT ds l’événmt. » / Moi : « L’événmt ? » / Bertrand : « Tu connai pas l’onglet Evzenmt ? 0-0′
  • Sophie vous envoie un message privé : Slt tu te souvien de moi on sé vu à la soiré lol si tu…

MEEEERDE !

Putain, les gens, c’est pas que c’est chronophage, c’est que c’est juste merdique ! Non seulement tu fais rien sur facebook, mais en plus tu le fais mal !

Social mon cul ! Les gens ne passent pas tu temps ensemble sur facebook ! Les gens ne partagent rien sur facebook, ils passent leur temps à se paumer dans l’interface. Les gens postent, les gens bavardent, les gens explorent, et pourtant – c’est un véritable exploit – ils ne disent rien, ils ne communiquent pas, et ils découvrent que dalle.

Facebook, c’est une mort de l’intellect, une mort de l’information, une mort de la société.

Facebook, y’a rien à manger, tout à pleurer, c’est insupportable, et le pire, c’est que ça dure ! Au départ, j’y étais allé pour retrouver des gens – eh bien je n’y ai retrouvé que des zombies facebouquiens, voilà tout ! Après quatre ans à ne pas aller sur facebook (lefacebook vous flique pire, c’est que quand j’y allais, ils m’envoyaient toujours ce smap : « Nous sommes heureux de vous revoir sur facebook. » Vos gueules, connards), j’ai enfin supprimé mon compte il y a deux mois. Et je vis très bien sans.

Bien à quel point ? Ma foi, comme tout le monde. Sauf qu’en plus, j’en ai appris sur la sécurité du web ! Si vous vous posez des questions sur facebook, filez sur sebsauvage, faites Ctrl+f facebook, vous trouverez des tonnes de liens qui vous en apprendront/rappelleront de belles !

Dans le principe, « If you don’t pay, you’re not the customer. You’re the product being sold »