pour passer le temps…

Les flux RSS

Vous est-il déjà arrivé de passer plusieurs fois par jour sur certains blogs, en vous demandant nerveusement si un nouveau billet avait été publié ? Moi, en temps de désœuvrement, oui. F5 était devenue une de mes touches fétiches, je la caressais plusieurs fois par jour, contemplant anxieusement l’écran, redoutant la punition des dieux.
Perte de temps, perte de bande passante, gaspillage, tout ce que vous voudrez.

Il existe un moyen plus simple d’avoir des nouvelles, sans jamais oublier un blog : le flux RSS.
Les flux RSS, c’est une technologie qui va appuyer sur F5, sur plein de sites, à votre place, et de façon moins pénible pour le serveur.

Je sais par les stats que mes (milliers de) visiteurs utilisent quelquefois ce genre de technologie. Mais si vous connaissez pas, sachez que c’est vital. Ou, disons, vachement pratique.

Plan de l’article :

Qu’est-ce que cette technologie ?

(Partie d’explications techniques – vulgarisation des principes généraux, je peux d’ailleurs pas faire mieux ^^ »
Cette partie est là dans un but purement indicatif, si ça vous barbe vous pouvez sauter)

En général, quand vous surfez sur le net, votre navigateur (IE, Firefox, Chrome, Opera…) demande au serveur sur lequel est hébergé le site de lui envoyer une page HTML (ce que vous avez sous les yeux). Cette page HTML, le serveur vous la fabrique sur mesure à partir du site, et il vous l’envoie.
Hé oui. Si vous avez Firefox ou Internet Explorer, la page que vous recevrez sera peut-être créée différemment. Pareil pour les plug-ins. Ou les préférences perso (par exemple, sur ffworld.com, en bas du menu de gauche, je peux « changer de skin »…le serveur le retiendra, et il me fabriquera des pages web ffworld bleues)

Dans le cadre de la technologie des flux RSS, la grande majorité des sites s’est, de plus en plus, mise à fabriquer des fichiers spéciaux, codés non pas en HTML, mais en XML. Ces fichiers peuvent être compris par des programmes.
Ok, mais mon navigateur, c’est un programme, et il comprend les pages HTML…
Non. Il est capable de les lire, c’est-à-dire de vous les afficher. Mais les pages HTML, c’est un peu un bordel : elles sont fabriquées différemment d’un site à l’autres, les articles sont pas toujours organisés d’une façon similaire (bien que ça se ressemble dans le navigateur, la recette n’est pas la même), et y’aura toujours des choses imprévues qui arriveront.
Les fichiers RSS sont non seulement codés en XML, ils sont aussi standardisés. C’est-à-dire que le code ne s’embarasse pas de frioritures : il dit : « Ça, c’est le titre, ça, c’est la date, ça, c’est l’auteur, ça, c’est un bout de conteu, et ça, c’est le lien. » Du coup, un programme qui travaille avec ce fichier est capable d’identifier le titre, et de conclure : « Si je vais là, je trouve le titre, et je dois en faire ça. »

Si vous voulez, la différence, c’est que votre navigateur, tout ce qu’il sait, c’est : « Je dois sauter deux lignes et afficher le texte en gras souligné, taille 19. » Il serait bien en peine de dire qu’il affiche le titre de ce qu’il y a en-dessous. C’est intuitif pour un humain, très compliqué et jamais certain pour un ordinateur.

Bon, le site fabrique des fichiers XML pour des programmes, et alors ?
Et alors, ça veut dire que les programmes seront capables de comprendre s’il y a un nouvel article/un nouveau commentaire/une nouvelle actualité/un nouveau mail sur le site ! Et de vous en informer !
Or, qui dit programme dit automatique, rapide et Massif.
Ces programmes-là, on les appelle des agrégateurs (ou RSS readers), parce qu’ils réunissent les flux RSS émis par les sites en un seul flux pour l’utilisateur (ils agrègent, quoi). En gros, ils vont consulter les fichiers XML à intervalles réguliers (comme vous consultez les pages HTML en appuyant sur F5), ou quand vous le leur demandez. Et comme ils comprennent ce qu’ils reçoivent, ils pourront, s’ils trouvent du nouveau, vous en informer, télécharger le titre, le lien, et tout ou une partie du contenu.

Il existe deux types d’agrégateurs :

  • les agrégateurs en ligne : ce sont des WebApp. Autrement dit : ça se passe pas sur votre ordi. L’agrégateur est sur le net, et les options de configuration sont sur le net. Il vous suffit alors de visiter le site qui vous fournit ce service d’agrégation pour voir s’il y a du nouveau (et pas besoin de faire F5)
  • les agrégateurs en local : par opposition à ce qui se passe en ligne, le local, c’est ce qui se passe sur votre ordi. L’agrégateur est un programme qui roule sur votre ordi ; ses fichiers sont sur votre ordi.

Par principe, moi, je suis contre les WebApp, car c’est confier le fonctionnement de ses programmes et ses données personnelles à un tiers sur lequel on n’a aucun droit de regard. D’autant que, contrairement à un programme, un service n’est jamais gratuit.
Après, le choix d’un agrégateur est tellement large que dresser un tableau comparatif serait un véritable casse-tête.

Il y a cent mille détails techniques qui semble agiter le monde du RSS (par exemple, de façon simple : c’est quoi Atom ?) ; mais je n’ai pas cherché, car la magie du RSS, c’est qu’on n’a pas à savoir comment c’est fait pour l’utiliser : le RSS est pensé comme un outil simple et intuitif.

À quoi ressemble le RSS ?

Avant de vous montrer comment faire, j’aimerais vous montrer une capture d’écran du logiciel qui récupère les flux RSS des sites que j’aime bien (moi, c’est Thunderbird) :

Mes flux RSS sur Thunderbird

Bon ben, des menus, du rangement...ça ressemble à une boîte mail ! Cliquez pour agrandir...

Hé oui, je m’en sers aussi pour mes mails (d’où le rectangle noir).
Donc vous voyez : un article paru, c’est comme un message non lu. Les flux RSS s’organisent en sous-dossiers. Il y a un lien pour aller lire l’article.
Ah oui, important, ça. Lire l’article sur le site. Parce que bon, si le bloggueur voit son nombre de visiteurs tomber en flèche, il sera tout triste et déprimé, et ses articles seront tristes et déprimants.
Et j’ai même des chaînes youtube ^^

En gros, c’est une super-newsletter de tout, qui pollue pas ma boïte mail, qui trie comme je veux, et dont je me désinscris en deux clics.

Trouver le flux

Lao Tseu disait que pour trouver le flux, il fallait être le flux. Alors sois, comme Lao Tseu, Internet. Pense Internet. Feel Internet…
Sens-tu le Net couler dans tes veines ? L’immensité de toute cette vie, de ce courant immense d’informations, cette douce respiration divine ? Bien, jeune disciple…si tu ES l’Internet, alors tu peux commencer à partir en quête des flux.

Comme je l’ai dit, la quasi-totalité des sites offrent des flux. Il faut juste chercher le petit symbole associé au concept du RSS. Tenez, par exemple, chez IV :

Le flux RSS d'IV, il est LÀ !

C'est tout en bas...

Voilà. Et firefox a la gentillesse de me dire en bas à gauche où je vais mettre les pieds.
En fait, pour ceux qui ont tout suivi, je vais aller sur une version HTML du fichier XML (waaaahhhawww x_x). Essayez sur plusieurs sites : vous verrez que la disposition du contenu est vraiment standardisée.
En général, vous pouvez chercher les mots « RSS » ou « Atom » sur la page (ctrl+F dans le navigateur pour l’outil de recherche), ou le petit icône…
Ben tenez, j’ai la flemme de vous trouver une image, alors allez là, du RSS y’en a plein.

Enfin, si vous ne trouvez rien, cherchez sur le net en fonction de l’hébergeur, essayez les variantes de ce que vous avez déjà trouvé. Oui, je sais, c’est désespéré, mais ça peut marcher.
Par exemple, pour levegetarismematuer.tumblr, j’ai rajouté un /rss, et c’était dans le sac !
Ou encore, pour les chaînes YouTube, une solution que j’ai pas sortie de mon chapeau. Le flux des dernières vidéos, c’est donc : http://gdata.youtube.com/feeds/api/users/UTILISATEUR/uploads?orderby=updated (où vous remplacez « UTILISATEUR » par le pseudo de la chaîne YouTube)

S’abonner au flux

S’abonner ?
Waaahaaaw 0____0
Et même que c’est gratuit.
Faut dire, ce terme me fait toujours un peu peur. J’ai l’impression de m’engager à quelque chose. Donc, j’ai jamais essayé de cliquer sur le bouton « abonnement » (waaaaaaaahaaaaw 0__0) de YouTube.
Je préfère récupérer un flux. C’est moins terrifiant, et c’est plus facile.

Bon, pour s’abonner à un flux, il faut avoir un agrégateur. L’agrégationneur (j’en ai déjà parlé), c’est le programme qui, quand il saura où chercher, ira surveiller les flux à votre place, et vous en informera fidèlement. Pour le choix de l’agrégationnisateur, je vous laisse consulter la page Wikipédia, qui les liste tous, du plus abscons au plus connu.
La plupart des agrégationnalisateurs sont très intuitifs : normal, la technologie RSS a été pensée pour simplifier la vie des utilisateurs, ce serait un comble qu’on s’y perde. Tout ce qu’il y a à faire, c’est copier-coller le lien : l’agrégationnalisationeur va créer un dossier dans lequel le flux va créer les derniers articles apparus.
On peut ensuite marquer les articles lus/non-lus, renommer les dossiers, les organiser en arborescence, les détruire (= se désabonner)…bref, simple comme bonjour.

J’ai jeté un coup d’œil à Google Reader, c’est très facile et très bien fait. Mais quand je me suis rendu compte du nombre d’agrégationnalisationiseur (ils auraient quand même pu choisir un nom moins compliqué…) j’ai laissé tomber l’affaire.
Enfin, mon agréga programme à moi, c’est Thunderbird, qui est difficile à configurer, abscons, pas très pratique (sauf quand on a l’habitude), mais qui a l’avantage de ne pas dire à une entreprise tout ce que je fais et ce qui m’intéresse. En plus, il retient les mots de passe de mes boîtes mails.
Je ne détaillerai pas l’installation et la configuration de Thunderbird ici parce que c’est long, compliqué, peut-être pas pareil sous Windows (pour vous) que sous Linux (pour moi). Mais si vous avez le courage de vous frotter quelques heures à l’interface à l’aide de ce guide, croyez-moi, vous en retirerez beaucoup de plaisir !

Bon, pour ceux qui connaissez pas, prenez un peu le temps de vous y frotter, et donc, bon fun avec les flux.
Je partagerai en lien les sites que je suis d’ici peu (jusqu’ici, j’ai pas pris le temps de le faire :P)

Publicités

Commentaires sur: "Les flux RSS" (3)

  1. Héhé ! Mais mon commentaire n’était pas si égocentrique que ça 😉

  2. Ça y est, j’ai tout compris ( bon, je le savais déjà, mais j’avais pas pensé à le faire pour les blogs ! ) et du coup je vais me créer une catégorie « blog » sur iGoogle avec tous les blogs que je suis, c’est sympa !

    • Bah, cet article n’était pas là que pour toi non plus ^^ J’ai juste pensé que comme j’avais découvert ce « truc » assez récemment, je pourrais en faire profiter ceux que je ne connaîtrais qui n’en auraient pas encore entendu parler.
      Et je n’ai trouvé nulle part des explications bien claires et bien faciles à comprendre sur ce que sont les flux RSS (à commencer par le site du Zéro). J’ai donc pensé qu’une ébauche ne ferait pas de mal…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s